Musitechnic Academy

 

Une review de Fran-6


 

The Lumineers ont frappé fort avec leur premier album homonyme qui portait un son voulu « live » un peu comme Edward Sharpe & The Magnetic Zeros, mais après avoir fait de deux sons un hit (« Ho Hey »), ils se sont mit à un ouvrage, qui se voulait toujours comme une performance live, mais en gardant comme but d’avoir un son plus raffiné et même d’utiliser quelques effets afin de rendre leurs chansons plus complètes et moins minces. « Cleopatra » est ce voyage autour de différents personnages, c’est l’album qui dit : « Monde, nous voici, encore plus grands! »…

Quoique plus court que son précédent, on se rend compte que plus aurait peut-être été trop et que même pour leurs plus grands fans, ça donne le goût et le temps de le réécouter une deuxième fois.

 

the-lumineers-img-full

 

Avant de parler des titres que j’adore, un premier détail qui m’attriste : Voilà un album dont tous les « hits » se retrouvent dans la première moitié de l’album. Après « Gale Song » on retrouve 3 moreaux très calmes qui auraient pu étirer l’album, surtout que dans ce cas-ci nous avons un album qui ne dure que 34 minutes. En laissant ces titres à la fin, ils perdent de leur force et l’album ressemble plus à un mini LP mettant en vedette leurs singles en premier.

 

 

Le meilleur exemple que je peux donner est le dernier vidéoclip qu’ils ont mit en ligne « Angela ». Qui poursuit la série d’histoires de femmes, mais qui utilise à la fin le dernier morceau de l’album « Patience » qui aurait très bien pu jouer le rôle d’une conclusion à ce morceau et non la conclusion d’un album qui nous perd vers la fin (un peu comme la fin au piano de Coldplay dans leur morceau « Charlie Brown »). L’album aurait ainsi gagné en profondeur et tous les titres en auraient étés gagnants…

 

« Angela » par The Lumineers

 

Mis à part l’ordre des morceaux, on retrouve de fabuleux délices, comme le fameux single « Ophelia » ou encore mon coup de cœur « Angela ». Avec leurs cris du cœur ressentit par le chanteur qui se donne. La magie des Lumineers se cache dans leurs percussions, très simples et qui ne fait qu’encourager le tapage de pied ou le fameux hochement de tête.

 

« Orphelia » par The Lumineers

 

Nous avons le droit à un mixage sonore avec beaucoup de reverb sur la voix afin de créer la simulation du live. C’est un choix parfait, car je trouve bien mieux de simuler un son de moins bonne qualité que de produire de la moins bonne qualité au départ et d’ensuite d’être prit avec ça. C’est ce qui fait, d’après moi, toute la différence entre leur premier et deuxième album.

 

Par la suite on retrouve dans mes morceaux préférés l’ouverture « Sleep on the Floor » qui semble être un écho de l’album complet. Et nous avons même droit à un réenregistrement de « Gale Song » qui avait été écrite pour la bande originale du Hunger Games 2. Le kick en est moins fort et la guitare plus subtile, une version plus susceptible d’être calme une fois jouée live.

 

« Sleep on the Floor » par The Lumineers

 

C’est un album qui rime avec joie et l’acceptation de la tristesse. Qui sonne comme un bon album folk. Qui part fort et qui avance de plus en plus tranquillement vers une belle fin instrumentale. Personnellement je ne me tanne pas de l’écouter quoiqu’au départ j’étais bien septique. Alors ouvrez vous aussi vos horizons et vous ne le regretterez pas!

 

 

Fran-6

30 septembre 2016

0 responses on "The Lumineers - Cleopatra (30-09-2016)"

Leave a Message

ACAD.SOLUTIONS © TOUS DROITS RÉSERVÉS