Musitechnic Academy

« The Getaway » par Red Hot Chili Peppers

 

Un review d’Adrien Fertier


rhcp-band-img
 

Comme à chaque fois, je vais commencer par mettre l’album en contexte. Le fait d’apprécier ou non un album est selon moi obligatoirement le résultat de l’album en lui même influencé par l’histoire que l’on a avec le ou les artistes. C’est pourquoi si demain Justin Bieber sortait le meilleur album de tous les temps, j’aurai énormément de mal à l’apprécier à sa juste valeur compte tenu du fait que j’ai connu et détesté ses premiers tubes ainsi que l’image qui lui était associée. À l’inverse lorsque votre artiste ou groupe préféré sort un nouvel album vous êtes forcément plus souple et disposé à accueillir le petit dernier.

 


 

Red Hot Chili Peppers – By The Way

 

Mon histoire avec les Red Hot Chili Peppers n’a forcément pas commencé avec la leur. Je les ai découvert à l’âge de 13 ans à la sortie de « By The Way ». Successeur du très populaire « Californication » sorti en 99, « By The Way » était très attendu et a donc bénéficié d’une large couverture médiatique jusqu’à arriver à mes oreilles. J’en garde un bon souvenir, mes oreilles toutes fraîches ont clairement trouvé ce mélange de styles très intéressant. Je me souviens surtout du son massif et naturel de la batterie. C’est quelque chose que j’aime et recherche encore souvent maintenant.

 


 

Red Hot Chili Peppers – Blood Sugar Sex Magic

 

Je me suis ensuite plongé dans leur discographie en passant directement par la case « Blood Sugar Sex Magic ». Révélation instantanée. Les prises de son, les performances, les chansons, les textes, l’esthétique, tout y était. Il reste encore à ce jour un de mes albums préférés et clairement leur meilleur à mes yeux. C’est grâce à cet album justement que je suis très tolérant quand les Red Hot sortent un nouvel opus. Depuis, je me procure chacun de leurs albums, regarde très souvent leurs lives sans jamais m’en lasser mais j’ai toutefois connu une période d’éloignement à la suite de « Stadium Arcadium ». Ils tournaient en boucle, ont étiré la sauce sur un double album. Après de longues tournées, John Frusciante annonce son départ, remplacé au pied levé par Josh Klinghoffer (qui tournait déjà avec eux en backup de John. S’en est suivi l’album « I’m With You », composé avec Josh donc. Catastrophe. Des tonnes d’arrangements superflus et assez vieillots, des compositions à la limite de l’intérêt, j’ai complètement décroché. Je n’aimais pas du tout cette direction, des synthés, des percussions dans tous les sens et d’autres trucs qui ne leur ressemblaient pas.

 


 

Red Hot Chili Peppers – Dark Necessities

 

Je ne misais pas grand chose sur « The Getaway » et à ma grande surprise, j’ai adoré!
Leur premier single « Dark Necessities » est très efficace, clip réussi, j’aime. Curieux, j’écoute donc l’album au complet. Le verdict global est : très bonnes chansons, arrangements douteux. Les chansons sont vraiment accrocheuses, on reconnait toujours la pâte d’Anthony au chant, Flea à la basse et Chad à la batterie avec en bonus un Josh émancipé, en confiance qui s’est clairement libéré un peu plus du fantôme de John. J’ai vraiment eu quelques très beaux coups de coeur avec entre autres « Sick Love » et « Go Robot ». Niveau composition, interprétation, rien à dire! C’est du Red Hot Chili Peppers en forme.

 


rhcp-album-img
 

En revanche, niveau production, j’ai encore des doutes. Je suis totalement partagé. Ils ont fait appel à Danger Mouse (moitié de Gnarls Barkley, moitié de Broken Bells et producteur à part entière) et même si sur le papier l’alliance semblait alléchante, certains choix ne me séduisent pas pleinement.

 


 

Red Hot Chili Peppers – Go Robot

 

Je commence avec le son de batterie. J’en ai parlé plus haut, j’ai connu et appris à aimer les Red Hot avec un son très naturel, dynamique. Très souvent entourés par Rick Rubin, je m’étais habitué à ce son chaleureux et précis qui se prête si bien au groove de Chad Smith. Ici, on a un son moitié « live » moitié samplé et surtout on a un mix très audacieux. Les mauvaises langues diront « cheap », je préfère nuancer en disant que par certains aspects le mix donne un côté brut et par conséquent authentique mais sur ce coup, ce ne sera pas suffisant pour que j’adhère complètement à la démarche.

 


 

Red Hot Chili Peppers – Dreams of a Samurai

 

De manière générale, tous les instruments on subit ce traitement et délivrent un son proche du local de répétition. Les voix un peu fausses parfois, des imperfections par-ci par là. Encore une fois je m’étonne de ne pas accrocher car c’est typiquement le genre de démarche que j’adore en général. Peut-être pas le bon band pour faire ça. En revanche le point positif de s’être frotté à Danger Mouse a été d’apprendre à composer différemment. J’ai été heureux de voir Flea en interview, musicien accompli, bassiste hors norme, expliquer que pour la première fois de sa vie il s’est mis à composer pistes par pistes, progressivement, un peu comme un beatmaker et non pas se contenter d’enregistrer une chanson terminée.

 


 

Reste à savoir ce qui compte le plus lorsque l’on écoute un album, le son ou les chansons. La question peut être délicate particulièrement quand on attache beaucoup d’importante à la production. Ma réponse : les chansons priment toujours, les chansons de « The Getaway » sont bonnes.

 

 

Bonne écoute!

 

Adrien Fertier

22 juillet 2016

0 responses on "Red Hot Chili Peppers - The Getaway (22-07-2016)"

Leave a Message

ACAD.SOLUTIONS © TOUS DROITS RÉSERVÉS