Musitechnic Academy

 

Une review d’Émile Gervais


 

Le trio New-Yorkais De La Soul nous présente leur huitième long jeu depuis leur début fracassant il y a près de 30 ans. On ne peut pas dire que ces pionniers du Hip-Hop se reposent même après tout ce temps. En effet, ils ne cessent d’explorer les textures sonores tout en restant accrocheurs, intelligents et solidement ancrés dans un environnement rythmique qui groove. Ce qui m’a beaucoup plus sur cet album est la simplicité oh combien efficace dans son instrumentation.

 

de-la-soul-sc-bkg-img

 

Comme je le mentionnais plus tôt, and the Anonymous Nobody est un album aéré pour les fans de Hip-Hop cérébral. L’expérience de Posdnous, Dave et Maseo se faire sentir dans leur flow souvent superposé qu’à quelques autres éléments donc une batterie acoustique (chose de plus en plus rare dans le genre) et un atmosphère sonore riche mais non saturé. Il est clair que le but du trio est de faire passer un message et que la clarté de la production est un facteur important, l’inverse inonderait un peu les oreilles et nous ferait passer à côté.

 

 

De La Soul a toujours été reconnu pour son sampling hors de l’ordinaire. Ici, ils sont un peu plus sobre et décident au lieu de ce dernier de se concentrer sur une trame un peu plus acoustique. Inclure des violons et autres instruments orchestraux donnent un certain ton de trame de film à l’album. L’approche qu’ils font des instruments d’orchestre est un peu vieillotte, sans doute pour créer ce contraste de son nouveau et son d’hier. Que ce soit ces longues lignes de cordes aux forts trémolos ou bien ces punch de cuivres, ils les agencent bien avec les lignes de basse électrique funky et ce kick qui est évidemment très efficace.

 

« TrainWreck » par De la Soul

 

Même si au niveau du mix l’album reste relativement statique avec le solide groove toujours bien présent au centre, De La Soul s’amuse avec le reste de l’espace en créant de petits ou grands espaces pour les choeurs et le lead. De cette façon ils arrivent à nous remémorer plusieurs sonorités d’hier tout en étant pertinent aujourd’hui. Trame qui aide à consolider l’album en un seul morceaux qui s’écoute bien d’un bout à l’autre. Les enchaînements entre les pièces sont tellement naturels que parfois il est difficile de savoir si on est toujours sur la même piste. Pour certains ça peut être un problème et un signe que les sonorités sont un peu trop semblables, je le vois plutôt comme un effort de créer un histoire qui a un début, un milieu et une fin.

 

« Beautiful Night feat. Dave West » par De la Soul

 

Malgré ses 68 minutes, c’est un album qui a un fort débit et qui passe comme du beurre. Il est haut en couleur et ses diverses collaborations ne font qu’ajouter aux différentes textures. Si vous cherchez un album de Hip-Hop qui vous fera bouger la cervelle ainsi que le pied, vous avez trouvé. Il s’éloigne certes de ses contemporains mais se faisant vieillira sans doute mieux que beaucoup. Pour résumer, je dirais que c’est un album chargé mais bien réparti qui vous apportera à plusieurs endroits tout en vous gardant assis dans le même siège, il est donc confortable mais surprenant à la fois.

 

 

Émile Gervais

7 septembre 2016

0 responses on "and the Anonymous Nobody par De la Soul (03-09-2016)"

Leave a Message

ACAD.SOLUTIONS © TOUS DROITS RÉSERVÉS